Actu

Carlos Ghosn : le héros de Manga mis en garde à vue

Japon | Il n’y a pas que les stars et les politiques qui sont sujets aux scandales, le monde de l’industrie aussi connaît les siens. Le dernier en date paraît énorme : ce lundi 19 novembre, Carlos Ghosn a été mis en garde à vue au Japon pour non-conformité de ses déclarations auprès des autorités boursières nippones et abus de biens sociaux. Mais qui est-il et que signifie ce scandale ?

Brésilien, Libanais et Français, Carlos Ghosn est le prédisent-directeur général (PDG) de l’alliance entre Renault, Nissan et Mitsubishi Motors. Lorsqu’elles étaient au bord de la faillite, il a remis à flot chacune de ses marques.

Carlos Ghosn- Wikimedia Commons

Sa recette secrète ? Réduction drastique des coûts, ce qui lui vaut d’ailleurs le surnom de « Cost Killer », et restructuration, ce qui signifie aussi licenciements massifs. Ainsi, quand il débarque en 1999 pour sauver in extremis Nissan, c’est la première fois qu’il y a des licenciements dans le secteur automobile japonais. Et pourtant, les Japonais admirent tellement la façon dont il a redressé l’entreprise (symbole de la crise économique qui touche alors le pays) qu’il devient même le héros d’un manga !

Il faut dire que ses résultats sont probants. En 2017, l’alliance est première mondiale du secteur automobile : 10,6 millions de véhicules vendus, soit plus de 11 pour-cent du total de l’année. Et elle ne se contente pas que de cela ; elle est aussi le leader mondial de la voiture électrique.

Carlos Ghosn est une « success story » du monde libéral, pourtant, s’il est depuis lundi sous le feu des projecteurs, ce sont pour des raisons bien différentes. L’État japonais l’a mis en garde à vue pour deux chefs d’accusation qui auraient été divulgués par un lanceur d’alerte au sein de Nissan.

Première charge qui pèse contre lui : il n’aurait déclaré que la moitié du salaire qu’il perçoit de la part l’enseigne de voiture japonaise. L’ensemble de ses salaires (du moins tels que déclarés au vu des circonstances) serait proche des 17 millions de dollars pour l’année 2017. Ecrit en chiffres, cela donne 17 000 000 000 dollars,  plus ou moins 17 000 000 iPhone X… Une somme au-delà de ce que le quotidien nous permet d’imaginer.

Une somme qui a fait du bruit en France où il est l’un des hommes d’affaires les mieux payés. Ses défenseurs objectent à cela qu’il n’est pas la personne la mieux payée de son secteur par rapport aux Etats-Unis par exemple, ni la mieux payée de France. A titre comparatif : Antoine Griezmann a perçu près de 30 millions de dollars sur la saison de football 2017-2018, à côté de cela, le salaire moyen dans l’Hexagone est de 27 mille dollars par an (cela ne fait plus que 27 iPhone X).

Seconde charge le mettant à mal : il se serait servi dans les biens de Nissan à des fins personnelles. C’est cela que l’on nomme abus de biens sociaux.

Cependant, la présomption d’innocence est de mise ! Autrement dit, il faut garder à l’esprit que toute personne accusée reste innocente jusqu’à ce que sa culpabilité soit prouvée. Ses soutiens arguent, par exemple, que cela serait frauduleux : Nissan pèse le double de Renault au sein de leur alliance et une déstabilisation de celle-ci pourrait être la bienvenue pour l’entreprise nippone.

Mais la bourse, elle, ignore la présomption d’innocence et c’est la dégringolade pour les marques associées à Ghosn. Leurs conseils d’administration s’offusquent et, à raison ou à tort, planifient son départ. Car au-delà des retentissements personnels que cette affaire pourrait avoir sur l’homme, les conséquences sur l’économie vont être considérables et donc sur les travailleurs.

Pour le moment, toute cette histoire est à prendre avec des pincettes: nous apprenons à l’instant que l’entreprise Nissan serait elle aussi dans le viseur de la justice japonaise ! Gardons l’œil, car, que les accusations s’avèrent vraies ou non, les répercussions, elles, seront concrètes et certainement très lourdes.

 

Cet article t'a plu? n'hésite pas à le partager