Lifestyle

Aïe ! Le piercing !

Faire un piercing pour t’intégrer dans un groupe de copains ou pour choquer ta grand-mère, parlons-en!

Le piercing est un moyen de s’identifier, naguère à une tribu ou une condition sociale (noblesse, prêtres..), actuellement à un groupe choisi, ou simplement comme une « déclaration » visible, donc publique, qui différencie. Quelles sont les parties que l’on peut percer ? Est-ce que ça fait mal ? Y-a-t-il des risques à le faire ?

Un peu d’histoire

Tout comme le tatouage, le piercing est une très ancienne pratique. Du Néolithique avec les tribus Mursi, à Toutankhamon le Pharaon Egyptien (1330 avant JC), à Bouddha qui était un prince avant de devenir « l’éveillé » (624 à 544 avant JC), au roi Henri III d’Angleterre au Moyen-âge, l’histoire nous donne des exemples de femmes et d’hommes qui se perçaient le corps. Tout y est : se percer les oreilles pour empêcher les esprits malveillants de rentrer dans le corps, ou pour préserver l’oreille des sons et des paroles néfastes, ou se perforer la langue pour  entrer en contact avec Dieu comme le faisaient l’élite des Mayas, les Incas et des Aztèques en Amerique centrale et du sud. En Afrique, c’était une façon pour augmenter les chances de guérison de certaines maladies, ou pour diminuer la douleur de l’accouchement en se faisant percer traditionnellement la narine gauche sur un point précis selon la médecine Ayurveda chez les femmes en Inde, jusqu’aux hippies et punks qui le font en signe de reconnaissance et d’appartenance entre eux. Et de nos jours, où se fait le piercing ?

Un piercing, où ça ?

On peut se percer beaucoup de parties du corps. Les oreilles sont la partie préférée en général. D’autres se percent l’arcade sourcilière, les lèvres, les narines et même la langue, sans oublier le nombril. D’autres vont encore plus loin et le font sur le dos ou d’autres parties du visage et du corps, mais….

Ça fait mal ?

piercing de la langue

Oui ! ça fait mal quand on perce, et après quand on cicatrise. Le temps de cicatrisation varie selon l’endroit percé :6 à 8 semaines pour le lobe des oreilles, mais 6 à 9 mois pour le nombril ! Pendant cette période, il est primordial de désinfecter régulièrement la plaie, d’éviter d’aller à la plage et de ne pas changer le bijou jusqu’à cicatrisation complète. Une fois cette période est finie, il faut se rappeler de plusieurs points importants : ne pas circuler les bijoux entre différents endroits percés (ne pas mettre sur le nez celui nombril…), et surtout ne rien échanger avec une autre personne.  Et pour éviter les réactions allergiques, il est préférable d’utiliser des bijoux en métal précieux.

Nos jeunes interviewés ont unanimement précisé avoir eu mal lors du perçage. Mais ceux qui ont regretté de l’avoir fait sont minoritaires.

Et les risques ?

Infection d’un piercing

Avant même d’envisager un piercing, il faut savoir quels en sont les risques :

-le plus grand risque est celui de transmission de maladies graves, voire mortelles (hépatite et sida). Aucune loi au Liban n’oblige les « perceurs » de suivre des normes d’hygiène !

-le granulome, sorte de bouton granuleux qui se forme autour du trou.

-la surinfection ou rejet.

-le fibrome, sorte de bouton qui se forme sous la plaie.

-les irritations de la peau sous forme de démangeaisons.

-l’allergie au métal choisi (utiliser des bijoux de haute qualité sachant que l’acier inoxydable est recommandé alors que le Nickel ne l’est pas)

Donc… il vaut mieux y penser doublement avant de le faire. Certains sont gênants, comme par exemple, celui de la langue qui cogne aux dents, ou celui du nez qui demande de doubler l’hygiène !

Mieux vaut éviter avant un examen oral ou un entretien d’embauche. Les préjugés ont la vie dure ! Enfin si c’est pour choquer ta grand-mère, pourquoi ne pas d’abord essayer avec un faux piercing aimanté !

Cet article t'a plu? n'hésite pas à le partager

Libellé

Commentaires (0)